Matériel

En plus d’une bonne paire de chaussures de trail avec un excellent maintien du pied, des vêtements techniques confortables, d'une montre GPS et d’une bonne alimentation, il existe un matériel indispensable pour la bonne pratique de ce sport outdoor.

Même les crampons des meilleures chaussures ne suffiront pas à amortir les chocs lors des descentes ou des conditions météorologiques compliquées. Une ascension sur un terrain boueux n’est pas non plus des plus agréables, surtout sur de longues distances. Les bâtons pour la pratique du trail présentent donc des avantages :

  • un bon renforcement musculaire au niveau des membres supérieurs ;

  • moins de fatigue sur vos membres inférieurs surtout en descente, grâce à plus de stabilité, d’accroche ;

  • plus d’endurance pour la suite de la course ;

  • une amplification de la foulée, une meilleure propulsion.

Le seul léger inconvénient est que cela rajoute du poids bien qu’ils soient conçus avec des matériaux légers.

Choisir des bâtons qui vous correspondent dépendra de votre pratique et de plusieurs critères. Ainsi, il existe deux types de bâtons : monobrin (rarement utilisé) et multibrins (généralement composé de 3 brins). Plusieurs brins veut donc dire pliables ou télescopiques et ajustables grâce à un système de serrage. Ils peuvent être facilement rangés et sont polyvalents, en plus d’être robustes et légers. Les pratiquants aguerris ont d’ailleurs une préférence pour ce type de bâtons.

Multipliez votre taille par 0,67 afin d’obtenir la hauteur optimale des bâtons. L’essayage en magasin spécialisé est l’idéal afin de déterminer votre choix.

Une poignée ergonomique de bâton est en mousse ou en liège. Ces deux matériaux sont aussi respirants.

Le système d’attache du bâton peut être soit des gantelets ou des dragonnes réglables.

Les pointes des bâtons sont très importantes : elles assurent une bonne adhérence sur le terrain, tout en présentant une bonne stabilité. Elles sont souvent en tungstène chez les grandes marques.

Pour transporter vos bâtons, il est possible de les attacher à votre sac s’il possède des sangles spécifiques. Sinon, il existe aussi d’utiliser un étui spécifique appelé carquois pour les y ranger.

Le sac de trail running

Choisissez votre sac en fonction de vos pratiques et de vos besoins (distance, temps de course à pied, dénivelé, type de terrain et conditions climatiques). Les sacs de running ont une forme de filet afin d’être plus près du corps et ergonomiques : ils évitent ainsi de se balancer dans tous les sens et restent stable sur le corps et ne font qu’un avec le sportif, en plus d’avoir une bonne respirabilité. Ils sont d’ailleurs souvent composés de mesh ou polyester. Vous l’aurez compris : pas de sacs de randonnée ou de marche nordique pour une course nature.

Pour une sortie très courte de moins d’une heure (entraînements) ou s’il s’agit d’un trail urbain, vous pouvez porter une ceinture d’hydratation. Vous pourrez y glisser quelques encas, flasques et objets personnels (tels que clés, téléphone, etc.).

Si c’est un trail découverte (jusqu’à 20-30 km), vous pouvez porter une ceinture d'hydratation ou un gilet de 2 litres (petit litrage) avec le strict nécessaire : hydratation, barre de céréales, vêtements de pluie, sifflet, couverture de survie.

Si c’est un trail court (de 30 à 50 km), prenez un sac avec un volume de 2 à 5 litres. Prévoyez une poche à eau, un téléphone, un coupe-vent, vos bâtons de trail, votre casquette ou lunettes de soleil sans oublier de quoi manger.

Pour un trail de moyenne distance (plus de 50 km), optez pour un sac de trail running de 6 à 10 litres, afin d’emporter davantage de nourriture et de quoi s’hydrater ainsi que des vêtements de rechange.

Pour un ultra-trail (plus de 80 km), il vaut mieux un sac avec un volume compris entre 12 et 15 litres. Celui-ci devra posséder plusieurs poches ou compartiments. Ce sera plus pratique si vous avez des vêtements mouillés ou que vous voulez accéder à votre sac d’hydratation plus rapidement. Pour gagner en poids, ne prenez que le nécessaire. Privilégiez des sacs à dos avec des sangles et une ceinture, afin qu’ils puissent s’adapter à votre morphologie. Cela évitera les ballottements, les frottements et les irritations dans le dos.

Les volumes indiqués sont bien sûr à titre indicatif, nous avons tous des besoins différents en fonction de notre niveau de pratique et de notre corps.

Le gilet de trail

Le gilet de trail sert de sac à dos minimaliste et ressemble à une veste. Il doit être confortable, près du corps et respirant. Il a l’avantage d’être très léger et d’offrir un accès rapide à votre matériel et votre poche à eau. Il est aussi appelé gilet d’hydratation. Vous pouvez utiliser un gilet de trail sur toutes les distances, à condition qu’il y ait des ravitaillements à chaque arrêt. Il est encore plus léger qu’un sac.

Que ce soit par temps hivernal ou pour ceux qui pratiquent le trail longue-distance, il faut être visible la nuit lorsqu’on doit courir sur les sentiers. Pensez donc à prendre avec vous une lampe frontale, elle est même obligatoire lors de certaines compétitions. Préférez une lampe avec une bonne autonomie, une grande intensité lumineuse (450 lumens), ainsi que différents modes d’éclairage. Ces derniers sont utiles selon les situations. Par exemple, une lampe frontale à lumière rouge évite d’éblouir les autres coureurs, si vous êtes en groupe lors d’un trail nocturne.

N’oubliez pas la couverture de survie avec un kit de premier secours : comme vous courez en pleine nature, il se peut que les terrains soient accidentés. Avoir ce matos à portée de main est donc important !

L’hydratation est primordiale en sport. Vous perdez beaucoup d’eau pendant l’effort sous forme de transpiration. Pour une course petite-distance, vous pouvez emporter un hydrobag (qui ressemble à un gilet), des ceintures d’hydratation ou des poches à eau à glisser dans votre sac de trail running.

L’alimentation reste aussi importante lors de l’effort, n’hésitez donc pas à emporter des barres et boissons énergétiques, des compléments alimentaires. En fait, il vous faut un stock de glycogène afin de maintenir l’énergie que vous allez utiliser pendant l’effort. En plus de ça, vous retarderez l’apparition de la fatigue en mangeant pendant le trail.